Recherche

Une approche transdisciplinaire des travaux de C. G. Jung et de W. Pauli, et de l’hypnose ericksonienne

Notre association présente les travaux se centrent autour de la collaboration de C.G. Jung et de W. Pauli, et donc de leur Correspondance publiée chez Albin Michel. Leurs travaux se situent au confluent de la psychologie et de la physique, mais aussi de la philosophie, de l’alchimie, des traditions spirituelles extrême-orientales, de l’éducation.

Nos études se développent selon plusieurs axes de recherches :

– L’hypnose médicale : nous étudions ses effets sur le corps et l’esprit. – La psychologie des profondeurs : étude des écrits de C.G. Jung, et de ses continuateurs.
– La physique quantique : étude de la révolution scientifique que représente l’avènement de la physique quantique, à partir des écrits de W. Pauli principalement, mais aussi de Werner Heisenberg ou encore de physiciens théoriciens contemporains comme Basarab Nicolescu.
– Les états modifiés de conscience lors des transes, dans le cadre de l’hypnose, du yoga, de l’aikidō et particulièrement de la danse du mandala (Kagura Mai). Nous organisons pour cela des ateliers.
– Les pratiques ascétiques japonaises, notamment chez Morihei Ueshiba et Onisaburô Deguchi. Ces pratiques produisent des extériorisations psychophysiques, des « objets neutres », des « imaginations vraies » selon l’expression de Carl Gustav Jung.

Recherche sur l’hypnose : relation corps/esprit dans la pratique médicale de la transe hypnotique ericksonienne, à l’aune du concept de neutre de C.G. Jung et W. Pauli

Notre étude consiste à proposer une interprétation de l’hypnose ericksonienne à partir du concept de neutre que développent conjointement Carl Gustav Jung et Wolfgang Pauli, l’un des pères de la physique quantique (Prix Nobel en 1945). Pendant plus d’un demi-siècle (de 1931 à 1958), ils collaborent pour trouver l’unité sous-jacente de la matière et de l’esprit, « le problème psychophysique », et ainsi saisir l’unité de leur discipline respective, la psychologie et la physique. Ils théorisent un « arrière-plan » neutre, soubassement commun de la sphère physique et de la sphère psychique, qu’ils considèrent alors comme deux aspects en relation de « complémentarité » – au sens de Bohr. Appliqué à la transe hypnotique, le concept de neutre permet de penser non seulement la dualité corps/esprit comme les aspects d’une totalité primitive, en rupture avec le dualisme cartésien, mais aussi la relation soignant /patient à partir d’un fond commun, en rupture avec le paradigme de l’« observateur détaché ». On s’attache particulièrement à étudier, sous cet angle, le processus de réification permettant au patient d’agir sur sa douleur via une imagination (objet neutre). Par cette étude, nous poursuivons les réflexions de Jung et de Pauli sur le « psychoïde » (mi-physique mi-psychique) et nous entendons ainsi contribuer à des problématiques actuelles, en philosophie et en psychologie, concernant l’inscription inconsciente du sujet dans son milieu.     

Publications:

Nos recherches qui se développent depuis dix ans ont donné lieu à plusieurs publications : traductions commentées, essais, articles. Nos ouvrages principaux qui les présentent sont : Transe et gouvernement de soi et du monde selon Deguchi Onisaburo de Joffrey Chassat ; Le corps inconscient et l’Âme du monde selon C.G. Jung et W. Pauli de Bruno Traversi (avec une préface de Michel Cazenave); L’Arrière-monde ou l’Inconscient neutre selon W. Pauli et C.G. Jung, collectif sous la direction de Bruno Traversi et d’Alexandre Mercier (avec une préface d’Antonio Sparzani); et Propos sur l’éducation selon C.G. Jung, collectif sous la direction de Bruno Traversi et Chrystel Delaigue.

Les concepts que nous explorons de manière théorique et pratique :

Spontanéité hétéronome / autonome : dans l’ordre du corps, la distinction permet de mieux comprendre les pratiques modernes, et de les mettre en dialogue avec des pratiques ascétiques anciennes, et de comprendre également les conflits doctrinaux qui ont traversés certaines écoles, dans le bouddhisme ou le taoïsme.

Le neutre ; l’inconscient neutre. Le concept d’inconscient neutre, c’est-à-dire au-delà de la distinction entre phsysique et psychique, est au centre de la correspondance de Jung et Pauli.

Monde antérieur // Monde intérieur/monde extérieur : Le concept de « monde antérieur » est une déclinaison de celui de neutre. L’opposition entre monde intérieur et le monde extérieur se fonde sur un monde antérieur dépassant leur distinction.

La synchronicité : Jung et Pauli sont à l’origine du concept de synchronicité, c’est-à-dire d’un rapport a-causal entre des faits physiques (monde extérieur, phénomènes physiques) et psychiques (monde intérieur, phénomènes psychiques). La synchronicité suppose un plan antérieur neutre. Nous étudions la synchronicité de manière objective à travers les états modifiés de conscience, lors des ateliers que nous organisons.

Savoir salvateur-savoir scientifique : couple de savoirs complémentaires à partir duquel Pauli annonce une « nouvelle science » qui réunirait science physique et psychologie (des profondeurs). Selon Pauli, le savoir scientifique dépend d’un processus psychologique d’individuation (connaissance de soi).

Métaphysique de l’extase : concept présent chez Henri Corbin : le monde intelligible peut se révéler, se dévoiler, à l’occasion d’état extatique, sous la forme de visions, d’objets neutres : l’Idée (ou l’archétype chez Jung) est projetée, en prenant forme et couleur, dans l’environnement (le monde extérieur). Il y a selon Corbin « symbolisation » : réunion de l’intelligible et du sensible. D’un point de vue psychologique, Jung comprend ce phénomène de dévoilement comme le résultat d’un processus inconscient de dissociation et d’extériorisation.

Imaginaire/imagination (imaginatio vera) : distinction que font Jung et Pauli, puis Corbin. Nous étudions le lien entre ce couple de concept avec le couple spontanéité autonome/ spontanéité hétéronome, ce qui permet de comprendre certaines méthodes ascétiques (yoga, aikido de Ueshiba). L’application de ces méthodes ascétiques permet de faire l’expérience des Imaginations créatrices – Imaginations conjointes (ou mentale) (Ibn’Arabi, Pauli, Paracelse) et Imaginations disjointes (ou extra-mentales) (Paracelse, Jung, Ueshiba, Ibn’Arabi).

Le Lieu ; L’archétype de lieu – Le processus d’extériorisation donne une structure à l’espace, structure psychophysique. L’archétype du lieu constitue un instinct civilisationnel.

Publicités