Etudes sur Jung et Pauli, Philosophie

Jung/Platon quand le psychologue sort de la caverne

De Chrystel Delaigue, Le Martin Pêcheur Domaine jungien, 2016.

JungPlaton quand le psychologue sort de la caverneAlors que Platon érige le monde des Idées, sphère d’absolus intelligibles qu’il distingue de celle du monde sensible, Jung rappelle qu’il ne fait pas de métaphysique parce que doivent être premiers l’expérience, le terrain, le patient. Par la spécialisation des savoirs qui s’installera peu à peu avec la Renaissance, on n’aura de cesse de vouloir distinguer nettement philosophie et psychologie. Aussi peut-il sembler curieux, voire impertinent d’inviter le lecteur à franchir le pas de ce dialogue entre les deux auteurs. Pourtant, n’est-ce pas ce même Platon qui conduit le prisonnier de la caverne à en sortir puis à y redescendre, retrouvant ainsi le corps, la matière et l’ombre de ce lieu souterrain ? De la même façon, n’est-ce pas Jung qui retrouve avec érudition et ferveur les références platoniciennes et nous amène, cette fois, à nous extraire de cette antre primordiale ? Plus largement, il peut sembler opportun, déterminant même de retrouver ce qui, dans le corpus jungien, s’inscrit dans le sillon de la pensée platonicienne, autant pour la poursuivre que pour s’en démarquer.amazon-premium

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s