Livres de Jung et de Pauli

Synchronicité et Paracelsica

De Carl Gustav Jung, Albin Michel, 1988.

synchronicité et paracelsicaLa synchronicité représente de toute évidence l’un des noeuds théoriques principaux de la pensée et de l’oeuvre de Jung. Alors que celui-ci en découvre très tôt la présence et les manifestations (il en parle dès 1930), en déclarant à propos du Yi King que ce dernier « repose en effet, non sur le principe de causalité, mais sur un principe non dénommé jusqu’ici – parce qu’il ne se présente pas chez nous – auquel j’ai donné, à titre provisoire, le nom de principe de synchronicité« , il ne se décide cependant à publier à son sujet d’une manière systématique et réglée que très tard dans sa vie, à la fin des années quarante et au début des années cinquante. Encore ne s’agit-il pas pour Jung de fournir une explication définitive à un domaine qu’il qualifie d' »obscur » et de « problématique », mais d’y ouvrir un accès dont il a la conscience aiguë de combien il se heurte à nombre de préjugés (de nature à la fois intellectuelle, idéologique et subjective) dans la société occidentale moderne. S’il se résout à cet effort, c’est par un double souci d’élucidation scientifique et philosophique, ainsi que devant l’importance humaine du phénomène, et l’exigence intérieure du souci thérapeutique qui l’a toujours animé. C’est pourquoi aussi il a semblé aux éditeurs français qu’il était non seulement temps, mais qu’il y avait nécessité de présenter ces travaux au public francophone, pour que celui-ci ait accès à son tour à l’une des réflexions axiologiques les plus profondes de Jung – qui permet en retour de mieux comprendre nombre de ses considérations dans d’autres ouvrages ou d’autres textes déjà publiés. Entre les deux parties de ce volume consacrées à la synchronicité, nous avons intercalé les trois textes composés par Jung sur Paracelse. C’est que la vue alchimique du monde et du destin de l’homme et la doctrine des arcanes reposent sur la théorie des signatures et des correspondances, qui représente la conception même de la « synchronicité avant la synchronicité ». Il ne s’agissait pas seulement par là de faire ressortir l’unité de pensée et la cohérence qui sous-tendent toute l’oeuvre de Jung dans ses multiples intérêts pour le taoïsme ou l’alchimie par exemple, mais aussi de mettre en lumière le profond arrière-plan psychique que requiert la conception de la synchronicité, et d’illustrer la loi de contamination des archétypes qui préside au travail de la réalité psychique objective. Michel Cazenaveamazon-premium

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s